Découvrez le musée autrement

Le labotextil vous propose une découverte décalée de nos collections à travers des expérimentations et des projets d'étudiants, d'artistes, de visiteurs. À vos propositions !

Installation, dessin en lien avec la question du féminin sur 20 bandes dépilatoires suspendues avec des pinces à linges. © Lilas DAOUSSI, Lycée Lumière

 La classe, l'oeuvre - "Ces stéréotypes qui collent à la peau !" par Lilas Daoussi

Lilas porte un regard sur la figure de la femme au cours des dernières décennies et interroge les dictats de la société. Elle dénonce, non sans humour, la pression subie et pousse le spectateur à remettre en question les stéréotypes de genre.


Vidéoprojection, animation d'un photomontage numérique à partir d'appropriation d'images. © Milan Munar, Lycée Lumière

 La classe, l'oeuvre - "Travelling fixe" par Milan Munar

Milan a représenté un paysage numérique en métissant la nature, le statut, l'origine des images qu'il recycle et anime dans une vidéo. Il crée des ponts, du lien, des hybridations et joue avec le regard des spectateurs qui chemine dans l'image et à travers les plans rendus, tour à tour, plus ou moins diaphanes. La vidéoprojection du paysage est l'ultime voyage : celui du transport de l'image immatérielle.


Installation, 12 formats carrés peints en noir et perforés à partir des 12 constellations du zodiaque, disposés dans des boîtes en bois rétro-éclairées. © Andrew Grudet, Lycée Lumière

 La classe, l'oeuvre - "Nuit noire" par Andrew Grudet

Andrew propose une déambulation de boîte en boîte, plongées dans l'obscurité. Chaque spectateur, face à cet infini miniaturisé, peut être concerné, à la recherche de son signe astrologique. Les effets de projection lumineuse sont proches de ceux d'une lanterne magique. En invitant à regarder les étoiles, il propose un voyage tels les navigateurs qui se repéraient grâce aux étoiles.


tissu, rembourrage, graines, réalisation en collaboration avec la grand-mère de l'élève © Anna-Eva LLOP - Lycée Lumière

 La classe, l'oeuvre - "Peluche" par Anna-Eva Llop

Anna-Eva Llop a souhaité traiter de l'adolescence, du passage et du gap entre l'enfance et l'âge adulte. Le doudou, objet transitionnel, rejoue cette idée de séparation avec la mère qu'elle contre-balance en créant du lien avec sa grand-mère via cette réalisation intergénérationnelle. La graine inscrit la sculpture dans la vie et sa mort programmée.


séquence photographique, dessin à l'encre végétale éphémère qui a la propriété d'apparaître en pigmentant la peau pendant une courte durée. © Amma CHEVASSUS, Lycée Lumière

 La classe, l'oeuvre - "Dame Nature" par Emma Chevassus

Emma joue des accointances entre l'humain et le végétal : peau, nervures, pellicule, cellules... La main applique l'encre végétale : en réaction l'encre colorie, tache la peau. L'élève montre le processus de création, de l'émergence de la forme à son évanescence tout en soulignant l'idée d'un cycle, en mettant en scène une inexorable disparition. Que dire alors de l'emprise de la main humaine sur la nature ?


 © Léna Provenzano

 Dress code - Léna Provenzano

« Les Espoirs de la Mode Lyonnaise », créé en 2018 par l’association Dress Code (association mode, beauté et luxe de l’EMLyon business school), réunit une dizaine de jeunes créateurs lyonnais – post-école ou autodidactes -, lors d’un défilé-concours professionnel. Chaque année, les EML réussissent leur pari de faire venir un jury influent du milieu de la mode - des représentants de l’Institut Français de la Mode, de Citadium, du musée des Tissus de Lyon, des influenceuses de la région et une professeure de marketing de l’EMLyon Business School, Alice Riou. Ils visent à promouvoir les jeunes talents qu’ils récompensent et les aident à se démarquer sur la scène lyonnaise.


 ©

 Impressions Botaniques par Johanna Elalouf

La technique de l'Ecoprint illustrée par Johanna Elalouf, artiste plasticienne intervenante pour le musée des Tissus ! Cette technique sera abordée pendant les cours hebdomadaires "Designers en herbe - l'atelier de la mode et de la création textile" organisés au musée !


Affiche *Ex-poser* © L’École Supérieure de Design La Martinière Diderot

 Ex-Poser

Les sujets des projets des étudiants en écoles d'art et de design sont toujours témoins et porteurs des préoccupations d'une génération. Leurs productions interprètent et retranscrivent donc de manière formelle, graphique et sensible, des idées qui sont symptomatiques d'une époque et de ses mutations. Avec « le vêtement » en son sens le plus large comme porte-parole, les jeunes designers de mode expriment alors un regard personnel et critique sur leur société. Ainsi, « Ex-poser au sol » invitait à l'origine le spectateur à se laisser porter par les différents récits des pièces présentées à plat, et ce, au cours d'une déambulation dans la « Salle des tapis » au Musée des tissus. Désormais, le mur du site internet remplace le sol de la pièce. Avec une approche dorénavant virtuelle, comment combler les écarts de présentation d'une exposition qui se voulait pensée pour une expérience en présence ? Nous vous proposons alors d'expliquer brièvement la mise en scène initiale, afin d’apprécier et de comprendre au mieux l'ambition de cet événement. « Rien n'est innocent ». C'est principalement autour de ce précepte que se forge la démarche d'un apprenti designer. Tout l'enjeu des étudiants était donc de proposer un biais par lequel présenter leurs pièces, qui puisse à la fois de tenir compte de la force symbolique de la « Salle des Tapis » et de leurs visions du design. « Ex-poser » le vêtement nous a donc semblé être une réponse qui satisfaisait cette double envie. De fait, au sol, l'habit est ex-posé : il est transporté littéralement hors du corps du sujet pour devenir objet manifeste à la vue de tous. A plat, le vêtement ne répond plus aux normes de présentations traditionnelles. Ni portant, ni mannequin sont présents ; en somme, aucun corps artificiel qui ne sauraient restituer que maladroitement son volume. Ici, l'objet de mode se suffit à lui-même, simplement mis en valeur sur un chemin de sol en kraft brun. Ce "tapis-sage" n'étant pas sans évoquer l'emblématique papier patron, il accueille une vingtaine de projets juxtaposés aux univers singuliers.L'habit ici s'affranchit alors de tout : de son aspect porté, du mouvement, de sa tridimensionnalité, de son contexte. Préférant poser des questions plutôt que de donner des réponses : cette forme de présentation nous a permis de nous questionner sur la décontextualisation que provoque l’exposition éphémère des pièces seules et de leurs réceptions par le spectateur. Au-delà donc d'une lecture isolée de chaque projet, notre volonté était d’interroger la question de l’exposition. Chaque artefact étant à la fois remarquable pour sa technique et sa réflexion. Les interactions entre les projets créent alors des liens et font émerger des histoires au regard du passé de chacun. Être curateur ne s’improvise donc pas. C'est la raison pour laquelle nous avions opté pour une logique de présentation où le vêtement se donnait à lire modestement au public. - Les affiches présentées ici gardent le même objectif : engager un imaginaire plutôt que de le brider…. et donner à lire un « aperçu » de notre démarche de chercheur au sein de L’Ecole Supérieure de Design La Martinière Diderot à Lyon. » – Texte rédigé par Pierre-Louis Engmann, étudiant en BTS Design de mode.


Ex-poser © Joséphine Vekemans

 Ex-poser / Joséphine Vekemans


Ex-poser © Manon Pinçon

 Ex-poser / Manon Pinçon


Ex-poser © Pierre-Louis Engmann

 Ex-poser / Pierre-Louis Engmann


Ex-poser © Solène Albecq

 Ex-poser / Solène Albecq


Ex-poser © Léa Isoard

 Ex-poser / Léa Isoard


Ex-poser © Lucie Creusot

 Ex-poser / Lucie Creusot


Ex-poser © Lucie Bouvet

 Ex-poser / Lucie Bouvet


Ex-poser © Léna Poutard

 Ex-poser / Léna Poutard


Ex-poser © Killyan Humblin

 Ex-poser / Killyan Humblin


Ex-poser © Élodie Deschandol

 Ex-poser / Élodie Deschandol


Ex-poser © Jérémy Huchet

 Ex-poser / Jérémy Huchet


Ex-poser © Louise Pissis

 Ex-poser / Louise Pissis


Ex-poser © Méline Viola

 Ex-poser / Méline Viola


Ex-poser © Anaïs Boucher

 Ex-poser / Anaïs Boucher


Ex-poser © Valentin Rodrigues

 Ex-poser / Valentin Rodrigues


Ex-poser © Morgane Simian

 Ex-poser / Morgane Simian


Ex-poser © Maxime Thomas

 Ex-poser / Maxime Thomas


Ex-poser © Adèle Catheline

 Ex-poser / Adèle Catheline


Ex-poser © Célia Charra

 Ex-poser / Célia Charra


Ex-poser © Lucie Briand

 Ex-poser / Lucie Briand


 ©

 La Brigade

Une équipe de jeunes experts en mode, au regard affuté. Des enquêtes minutieuses au croisement de la mode, des arts, de l’histoire… sur les tendances à venir...


 ©

 Folklore imaginaire

Découvrez "Folklore imaginaire", un travail mélangeant costumes, photographie et montage numérique. Réalisé par l'artiste plasticienne Johanna Elalouf avec des lycéens dans le cadre d'un workshop patrimoine textile au musée des Tissus.


 © © A. Brooks

 Quand nos collections inspirent les visiteurs

Dessin de A. Brooks.